·  

Transformer la correction automatique en correction intelligente

Christine Lee
Christine Lee
Content Manager

S'abonner

 

 

 

 

En remplissant ce formulaire, vous acceptez la politique de confidentialité de Turnitin. Turnitin utilise les informations que vous fournissez pour vous contacter avec des informations pertinentes. Vous pouvez vous désinscrire de ces communications à tout moment.

 

La correction automatique de code informatique, qu’est-ce que c’ est ?

Les outils de correction automatique permettent aux enseignants d’évaluer et de commenter automatiquement et instantanément les codes programmés par les étudiants. Ces logiciels peuvent être configurés afin de fournir des retours approfondis et immédiats et de favoriser ainsi un apprentissage rapide et efficace. Couramment utilisés dans les formations de science informatique ou de programmation, mais aussi dans les cursus axés sur les statistiques et l’analyse de données, ces correcteurs peuvent même servir à corriger des matières non liées à l’ informatique.

Grâce à un outil d’autocorrection, l’enseignant peut d’une part gagner du temps, notamment sur les classes nombreuses, et d’autre part apporter aux étudiants des commentaires en temps réel, directement dans leur flux de travail, afin de les aider à progresser vers leur prochaine étape d’ apprentissage.

Le terme « automatique » semble peut-être indiquer un processus impersonnel, un enseignement sans communication ni adaptation de l’apprentissage. En effet, même un logiciel de correction automatique nécessite d’être configuré et personnalisé pour pouvoir servir à identifier les « bugs » ou, intégré aux logiciels supplémentaires appropriés, à préserver l’intégrité des évaluations et à favoriser le dialogue. Un logiciel d'auto-correction trop binaire (capable seulement d’indiquer si une réponse est juste ou fausse), s’il peut être utile dans le cadre d’ évaluations sommatives comme les examens de fin d’année dont les corrections détaillées ne seront pas partagées avec les étudiants ni utilisées pour expliquer une solution, n’a pas sa place dans les contrôles de routine, les travaux pratiques ou les devoirs : il risque de décourager l’étudiant qui aura alors tendance à faire des modifications au hasard jusqu’à ce que son programme soit jugé passable.

Un correcteur capable d’intégrer des commentaires aux corrections, en revanche, peut favoriser un enseignement personnalisé et motiver l’étudiant. Les commentaires immédiats sur leur travail permettent aux étudiants de corriger intelligemment leur code avant d’envoyer une version améliorée, dans les délais et sans constamment dépendre de leur professeur. On peut ainsi stimuler un apprentissage plus autonome et adapté au rythme de l’ élève.

L’apprentissage personnalisé consiste à adapter l’enseignement aux besoins de chaque étudiant en fonction de ses compétences et de ses capacités, entre autres facteurs contextuels. En somme, c’est un outil pédagogique optimal des relations entre enseignant et étudiant.

D'après une étude réalisée par Education Week en 2018, un administrateur sur trois estime que l’apprentissage personnalisé est en passe de « transformer l’éducation publique ». 57 % des administrateurs estiment en outre que les technologies numériques sont un outil de personnalisation efficace.

Au cours de l’étude équivalente réalisée en 2019 par Education Week, 46 % des enseignants se sont dits optimistes quant aux progrès de personnalisation de l’enseignement, et 91 % des personnes interrogées ont déclaré avoir confiance dans les outils numériques et leurs capacités à personnaliser efficacement l’ apprentissage (p. 4). L’enseignement personnalisé est une démarche pédagogique reconnue d’accompagnement de l’étudiant tout au long de sa formation.

En adoptant une approche individuelle, l’enseignant contribue à l’apprentissage de chaque étudiant. Il pourra, par exemple, réduire l’écart de niveau entre les étudiants et ainsi donner accès aux carrières informatiques à une population plus diverse et mieux qualifiée (Aravind & Balasangameshwara, 2019).

Les enjeux d’utiliser un correcteur automatique tout en adaptant et en personnalisant son enseignement

Les formations de programmation informatique posent des enjeux spécifiques liés à l’évaluation et aux commentaires des enseignants.

  • Rédiger des commentaires exploitables et efficaces prend du temps Scott Smith, professeur de sciences informatiques à l’ université John Hopkins de Baltimore, Maryland, explique : « Dans un cursus informatique, on attend généralement des étudiants qu’ils écrivent des programmes visant à résoudre des problèmes spécifiques. Pendant la correction, l’enseignant ne se contente pas d’observer le résultat : il observe aussi la démarche de l’étudiant. Si les résultats ne sont pas ceux attendus ou si le programme ne fonctionne pas, il faut alors prendre le temps de revoir des centaines de lignes de code afin de découvrir le bug pour pouvoir donner à l’étudiant des conseils appropriés. »
  • Une correction binaire bornée à l'attribution d'une mention « juste » ou « faux » ne favorise pas le développement des compétences Sans commentaires exploitables, un logiciel d’autocorrection n’indique pas à l’étudiant la marche à suivre pour s’améliorer. Au contraire, il l’incite plutôt à faire des modifications aléatoires et à passer à côté des vraies opportunités pédagogiques. Selon Kevin Lin, professeur assistant à l’université de Washington, « On constate, dans ce type d’ apprentissage uniquement basé sur les corrections automatisées, que les étudiants ont tendance à changer au hasard leur code, à le renvoyer à l'autocorrecteur, et à répéter la manœuvre jusqu’à passer le test. »
  • Abuser des correcteurs automatique nuit à l’apprentissage autonome Les logiciels de correction automatique ont leur place, particulièrement dans les classes nombreuses, mais un correcteur trop limité ou mal configuré enseigne à l’étudiant les nuances du correcteur plutôt que celle de la programmation informatique. Les chercheurs ayant étudié ce phénomène expliquent que « les étudiants utilisent [parfois] les correcteurs automatiques au lieu de réfléchir par eux-mêmes. » (Baniassad, Zamprogno, Hall, & Holmes, 2021.)
Comment utiliser un logiciel d’autocorrection pour rapprocher l’enseignant de ses étudiants ?

L’utilité des logiciels d'autocorrection est incontestable, notamment dans les évaluations de nombreux étudiants en sciences informatiques. Associé à des retours utiles et personnalisés, ces outils peuvent devenir indispensables.

Les études réalisées à ce sujet reconnaissent l’intérêt pragmatique des outils de correction automatique dans les formations de sciences informatiques. Selon l’une d’entre elles, quand les commentaires sont adéquatement personnalisés, on constate une amélioration des prochains contrôles de 96 % (Haldeman, et al., 2018). Dans une autre étude, le même groupe de recherche a collecté à deux semestres d’intervalle les données d’ étudiants en sciences informatiques. Au cours du premier semestre, les résultats de deux évaluations étaient accompagnés de commentaires et de conseils, contrairement aux contrôles du second semestre. Ils ont observé que « le pourcentage d’étudiants qui réussiront une évaluation après l’avoir ratée une première est trois fois plus élevé si ceux-ci ont reçu des corrections détaillées sous forme de commentaires et de conseils. » (Haldeman, et al., 2021.)

Il existe plusieurs moyens de favoriser l’apprentissage tout en utilisant un logiciel d’autocorrection :
  • Adopter un outil comme Gradescope afin d’intégrer l’ autocorrection (quelle que soit la taille de la classe) à des grilles d’évaluation et à des fonctionnalités de commentaires spécifiques permet de gagner du temps, estiment les enseignants. Grâce à Gradescope, les enseignants peuvent configurer leur correction automatique pendant la première évaluation et le logiciel se charge des autres copies, sans intervention de leur part. Les commentaires sont ainsi faits en temps réel et les étudiants peuvent consulter les résultats directement dans leur flux de travail et adapter leur apprentissage en conséquence.
  • Accélérer les retours et favoriser le dialogue améliore les résultats. Grâce à Gradescope, les corrections automatisées préconfigurées par l’enseignant sont appliquées au code envoyé par l’étudiant en quelques secondes. Il reçoit alors des retours en temps réel et peut immédiatement adapter son travail. Dans le cadre d’une étude de cas, Jillian Cannons, professeur assistante de Maths et Statistiques à l’université Cal Poly Pomona en Californie, a utilisé Gradescope afin de centraliser les commentaires de manières quasiment instantanée, encourageant ainsi les étudiants à revoir leur copie jusqu’à trouver la bonne réponse. Le professeur Cannons a observé que « les étudiants prenaient une plus grande responsabilité personnelle dans leur travail et dans leur apprentissage. Au lieu de se contenter d’un 7 sur 10, ils s'efforçaient de revoir leur copie jusqu’à atteindre la note parfaite. Cette motivation personnelle donnait lieu à une plus grande maîtrise du sujet, et éveillait chez les élèves une passion renouvelée pour la programmation informatique.
  • Configurez votre correcteur automatique pour qu’il attribue une note, mais aussi pour qu’il identifie et évalue les erreurs dans les codes proposés par les étudiants afin de stimuler leur développement. C'est le meilleur moyen de favoriser la réflexion individuelle des étudiants et de les encourager à passer en revue leurs codes plutôt que de compter sur les autres pour identifier les erreurs. Un logiciel de correction automatique configuré de manière intelligente, sélective et limitative, appliqué à une évaluation bien conçue, empêche les étudiants de compter exclusivement sur les corrections automatiques et les encourage à réfléchir à leur travail.
  • Un outil de correction automatique comme Gradescope permet d’ appliquer à la fois des corrections automatiques et manuelles à une même évaluation, et encourage les enseignants à formuler des commentaires spécifiques in situ. « Quand j’ai appris que je devrais, à partir du trimestre prochain, travailler sans assistant à mon cours sur les Principes des langages de programmation informatique, j’ai trouvé la motivation d’apprendre à utiliser Gradescope, la plateforme de correction automatique de codes informatiques. Le fait de pouvoir attribuer automatiquement une note tout en formulant des commentaires personnalisés sur le code préparé par les étudiants est ce dont rêvent tous les professeurs d’ informatique. L’enseignant prépare une évaluation de base qui servira à l’analyse des autres ainsi qu’à l'attribution de notes et au partage de commentaires sur les erreurs découvertes dans le code des étudiants. Ici, la star du moment, c’est vraiment le logiciel de correction automatique, » conclut Scott Smith.
  • Les contrôles de routine fréquents offrent une plus grande transparence et favorisent une progression graduelle. En comprenant ce que les étudiants ont assimilé ou non, l’enseignant peut personnaliser ses interventions. Le logiciel de correction automatique fait gagner du temps à l'enseignant et lui permet d’ organiser des contrôles plus fréquents. À l’université du Commonwealth, en Virginie, le professeur Debra Duke utilise Gradescope « pour gagner du temps en automatisant une partie du processus de correction et de partage de commentaires. » Elle peut ainsi préparer plus de projets fondés sur des retours exploitables et individuels, et ses étudiants passent deux fois plus de temps à pratiquer leurs compétences de programmeurs qu’ avant.
  • Les opportunités pédagogiques identifiées par la correction automatique permettent de donner des conseils spécifiques aux étudiants. Anya E. Vostinar, professeur assistante à Carleton College, Minnesota, partage ses astuces pour révéler les opportunités pédagogiques avec Gradescope.

Gradescope utilise la correction pour stimuler l’apprentissage en facilitant à la fois les corrections à grande échelle et les commentaires personnalisés. Le résultat ? L'enseignant a plus de temps pour enseigner.

Commencez dès maintenant : consultez la documentation sur notre logiciel de correction automatique. Ou découvrez les ressources en ligne de notre communauté Gradescope et lisez ce que disent les enseignants sur leurs autocorrecteurs.